Misophonie, la torture par les sons. Quels traitements ?

Vous êtes misophone ? de nouvelles études reconnaissent la misophonie comme une maladie. Mais quels sont les traitements ?

Avez-vous déjà ressenti de l’agacement face aux sons émis par les autres lorsqu’ils mangent, reniflent, font craquer les doigts ou quand vous les voyez faire des petits gestes répétitifs comme secouer leurs jambes ou leurs  pieds ? Si c’est le cas, vous souffrez peut-être de misophonie. Nous vous en avions déjà parlé ici, aujourd'hui nous en savons un peu plus.

Ces petits sons parfois inaudibles pour certains, dont la plupart des gens ne portent pas attention, peuvent en réalité être un vrai calvaire.

Qu’est-ce que la misophonie ?

Misophonie signifie « haine du son », trouble psychologique léger qui résulterait d’une connexion divergente au niveau du cerveau.  Découvert en 2000 par Pawel Jastreboff et Margaret Jastreboff de l’université Emery d’Atlanta, cette non-tolérance n’a rien à voir avec l’hyperacousie ou l’acouphène. Ainsi, les personnes atteintes de misophonie n’ont aucun problème avec leur appareil auditif. Cependant ils sont victimes d’un trouble neurologique les rendant intolérants à l’exposition de bruits spécifiques. A l’écoute de ces sons, les personnes sujettes à la misophonie peuvent rentrer dans une rage folle et contracter un fort sentiment de violence. De nouvelles études expliquent ces réactions par la forte sensibilité que comporte la zone spécifique du cerveau. Cette zone, au niveau du cortex insulaire antérieur, est également plus sollicitée. Ce qui perturbe la focalisation et entraîne des réactions émotionnelles disproportionnées.

Quels traitements ?

Il n’existe pas de réel médicament à cette maladie, mais réaliser un traitement de fond psychologique reste aujourd’hui la meilleure solution. Il s’agirait ici de vaincre le mal par le mal. S’exposer à ces sons déclencheurs tout en associant une écoute agréable afin de créer une association positive avec les sons qui posent problème. L’objectif étant de s’habituer à ces bruits irritants pour que le cerveau ne les considère plus comme dérangeants mais normaux. C’est un travail sur le long terme qui peut être assez difficile, mais qui porte ses fruits. En moyenne, celui-ci dure 9 mois et fonctionne dans 90% des cas. Certaines personnes se munissent également de boules quies pour sortir ou de casque antibruit. Pour plus de conseils, astuces et soutiens concernant cette gêne, rendez-vous sur misophonie.fr.

Source : Le Figaro

Publié le

23/02

ARTICLE SUGGÉRÉ

L’audition des adolescents en danger

L’ouïe est un sens inestimable, nécessaire pour la communication et les relations avec les autres. C’est pourquoi il faut en prendre soin. Aujourd’hui, avec le développement des technologies et la tendance des réseaux sociaux, les jeunes sont de plus en plus exposés aux risques de surdité.

Lire l'article